Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 20 juin 2011

Animation du 19 juin


Hier, nous avons organisé une promenade autour du site menacé.
Nous avons, comme prévu, été accueillis par les chiens des vigiles du promoteur aboyant.

Etaient présents à nos côtés de nombreux élus : Célia Blauel (EELV), Marie-Claire Carrère-Gée (UMP), René Dutrey (EELV), Paul Roussier (PCF) et Patrick Viry (UMP), mais aucun élu socialiste. Il faut dire que le Maire du 14e, Pascal Cherki, est pour ces travaux de défiguration du Monument Historique.

 

tombe issoire,carrière port mahon,carrières port mahon,carrière du chemin de port mahon,carrières du chemin de port mahon,port mahon paris,carrières classées monuments historiques


Plusieurs journalistes couvraient l'événement dont les caméras de France 3.
La journée avait été annoncée sur Facebook (Défense : Carrière "Port Mahon") où il a réunit, en seulement quelques jours, 450 sympathisants...
De jour en jour, ce mouvement de contestation, face à cette pseudo-restauration, prend de l'ampleur.

 

tombe issoire,carrière port mahon,carrières port mahon,carrière du chemin de port mahon,carrières du chemin de port mahon,port mahon paris,carrières classées monuments historiques

mercredi, 15 juin 2011

Un débat très houleux au conseil d'arrondissement



Hier soir, René Dutrey présentait un voeu au conseil d'arrondissement de la Mairie du 14e.

Il proposait à la Ville de Paris d'attaquer en justice l'autorisation de travaux qui vient d'être délivrée par la DRAC.

René Dutrey (Ecologie), Marie-Claire Carrère-Gée (UMP), Paul Roussier (PCF), Jean-François Martins (Modem), Daniel Cayol (Nouveau Centre) et Frédéric Vuillod (PS) ont expliqué qu'il ne s'agissait aucunement d'une restauration, mais de fondations pour de futurs immeubles neufs et que ces fondations allaient défigurer définitivement la carrière classée.
Ils ont également demandé que la Ville exproprie le promoteur, afin de sortir de cette impasse qui dure depuis plus de 20 ans et que la Ville y réalise un équipement social et culturel dans l'intérêt des Parisiens.

Le Maire du 14e, Pascal Cherki (PS) a répondu qu'il n'était pas compétent en matière de restauration.

Fait sans précédent, le promoteur, la Soferim, est venu défendre lui-même son projet, lors de ce conseil.
Pierre Castagnou, l'ancien Maire du 14e, a dû se retourner dans sa tombe.

Pascal Cherki et les élus PS ont refusé de voter ce voeu.
Il a été repoussé par une courte majorité (17 à 13) composée uniquement d'élus PS.

Les élus qui ont voté ce voeu ont décidé de se joindre au Collectif afin d'attaquer en justice cette autorisation de travaux.
Merci à eux.

mardi, 07 juin 2011

Conseil d'arrondissement du 14 juin 2011

 

Au prochain Conseil d'arrondissement, le mardi 14 juin vers les 21 h 30, René Dutrey va demander à tous les élus, de gauche, comme de droite, d'attaquer l'autorisation de travaux en justice.

 

Dutrey.jpg

 

Marie-Claire Carrère-Gée (UMP) et Paul Roussier (PCF), nous ont déjà fait savoir qu'ils s'associaient à ce voeu.

 

 ferme de montsouris,ferme tombe issoire,carrière port mahon,carrière du chemin de port mahon,rené dutrey,tombe issoire

 

ferme de montsouris,ferme tombe issoire,carrière port mahon,carrière du chemin de port mahon,rené dutrey,tombe issoire

 

Venez nombreux :

Mairie du 14e arrondissement

2, place Ferdiand Brunot

M° Mouton-Duvernet

dimanche, 29 mai 2011

Trois permis de démolir

 

Le promoteur vient d'afficher trois permis de démolir (PD 07501406V0027, 28 et 29) qui viennent de lui être délivrés le 27 avril dernier par la Ville.

 

Il est loin le temps où Pierre Castagnou, le Maire du 14e décédé il y a deux ans, voulait préserver ce site et voulait que l'ensemble continue d'avoir une fonction sociale et culturelle, comme du vivant de l'Abbé Keller.

Pascal Cherki, l'actuel Maire du 14e, préfère laisser le terrain à un promoteur pour qu'il construise des immeubles de standing. Serait récupéré par la municipalité, ce que la Soferim veut bien lui laisser, c'est-à-dire la grange en fond de cours, défigurée et cernée par le béton. La cour de ferme serait en grande partie lotie.

 

Le Maire du 14e oublie ses engagements :

Dans le programme du PS des dernières élections municipales, où Pascal Cherki se présentait en 3e position sur la liste, on lit page 19 à la rubrique : "Ce que nous ferons" :

"Acquisition et restauration du site de la Ferme de la Tombe Issoire : réalisation de logements sociaux et d'un équipement culturel de proximité".

 

Le 12 mars 2007, le Conseil municipal avait entreriné cette restauration et cet usage, en votant  à l'unanimité un voeu présenté par Pierre Castagnou et Pascal Cherki (délibération 14/07/032).

lundi, 07 février 2011

Nouveaux travaux de la Soferim

 

Aujourd'hui, les ouvriers de la Soferim se sont livrés à de nouveaux travaux de sondages du sol.

Aucune nouvelle autorisation de travaux n'a pourtant été affichée. Le sol étant classé, une telle autorisation est légalement indispensable pour tous travaux.

Nous avons immédiatement alerté tous les services concernés.

 

mardi, 28 décembre 2010

Journal télévisé de 13 h sur TF1

 

Aujourd'hui, TF1 vient de consacrer un reportage à la dernière ferme de Paris.

 

TF1.jpg

 

Vous pouvez le revoir sur le site de TF1 :

http://videos.tf1.fr/jt-13h/le-13-heures-du-28-decembre-2...

Ce reportage commence à 19 minutes et 20 secondes (chapitre 12).

 

En voici le texte intégral :

Jacques Legros :
« Une ferme, une vraie ferme, en plein coeur de Paris. Elle n'est plus en activité, certes ! Mais elle existe toujours. Elle se trouve dans le 14e arrondissement. Grâce à un heureux concours de circonstances, les promoteurs n'ont jamais pu y toucher jusqu'à aujourd'hui. Mais la bâtisse est en mauvais état. Reportage de Claire Auberger et Charles Voissier »


Claire Auberger :
« Derrière la place Denfert-Rochereau, au milieu des immeubles modernes une parcelle de 600 m² avec un corps de ferme. Au siècle dernier, Paris en a compté jusqu'à 500 en activité. On y trouvait des volailles, des chevaux et des troupeaux de vaches laitières. Durant la Seconde Guerre mondiale, elles ont permis à de nombreux Parisiens de se ravitailler. Certains en gardent encore des souvenirs d'enfance. »


Marcel Faisandier :
« Nous sommes à l'entrée du 26, rue de la Tombe-Issoire où là je suis venu, étant tout petit, pour venir chercher le lait, puisque j'habitais au 32 et évidemment ce n'était pas loin. »


Claire Auberger :
« Encore debout, mais en mauvais état, le bâtiment ensuite servit à l'hébergement de jeunes en difficulté sous le patronage notamment de l'Abbé Pierre. Au début des années 90, la propriété finit par être vendue à des promoteurs privés. C'est le début d'un long combat. »


Thomas Dufresne :
« Je crois que c'est unique à Paris, une parcelle où pendant plus de vingt ans, il y a trente ou quarante demandes de permis de construire qui n'aboutissent jamais. »


Claire Auberger :
« La raison est sous leurs pieds, dans les sous-sols de Paris. »


Thomas Dufresne :
« ...au-dessous, on a la carrière qui est classée Monument Historique. »


Claire Auberger :
« On y accède par les Catacombes. La carrière classée date du moyen âge. Elle se situe derrière cette grille. En voici quelques photos... »


Gilles Thomas :
« Lorsque l'on pénètre dans cette carrière, on est au milieu de vides avec des galeries qui partent dans tous les sens. On a un véritable labyrinthe. Il n'y a aucun autre équivalent, puisqu'à la fin d'exploitation, les carriers sont partis et il n'y a pas eu besoin d'ajouter des consolidations, il n'y a pas eu besoin de faire des galeries pour soutenir des bâtiments. »


Claire Auberger :
« La ferme a préservé la carrière. Aujourd'hui c'est l'inverse. Reste à trouver un avenir à ce terrain chargé de souvenirs, mais laissé à l'abandon. »

 

vendredi, 19 novembre 2010

Reportage sur France 3

 

Hier, le journal télévisé de France 3 Ile-de-France a une nouvelle fois parlé de la carrière du Chemin de Port-Mahon :

 

La journaliste a présenté ainsi ce reportage :
« Et on vous emmène ce soir dans les sous-sols parisiens : catacombes, carrières, couloirs. C'est un patrimoine exceptionnel, mais un patrimoine menacé par les promoteurs, car celui qui achète un terrain en surface devient propriétaire du sous-sol et la tentation est grande alors de combler pour renforcer les fondations, ce sont alors des pans entiers de l'histoire de la ville qui disparaissent. »


Devant la grille qui mène à la carrière du chemin de Port-Mahon, nous y avons expliqué :
« Quelques mètres derrière cette grille commence une carrière qui est privée qui appartient à un promoteur et qui est la plus belle carrière de Paris. Elle est du moyen âge ; elle est quasiment intacte ; et elle est classée d'ailleurs pour cela Monument Historique. Mais cela n'est pas suffisant, car depuis plus de 20 ans, deux promoteurs successifs essayent de construire coûte que coûte quand même ici. »

 

France 3.jpg

 

 

Enfin, l'Adjoint à la Culture de l'Hôtel de Ville, Christophe Girard, témoin de ce journal, a réagit en disant :
« La Mairie utilise tous les moyens juridiques à sa disposition ; mais la protection du patrimoine relève absolument du Ministère de la Culture et donc nous sollicitons le Ministre et l'Etat quand nous le jugeons en effet utile et puis il y a des commissions qui existent, des commissions d'experts et de passionnés qui nous alertent. Par exemple ce monsieur montrait la carrière de Port-Mahon ; je crois qu'en effet je ne vois pas l'utilité, pour qu'un promoteur privé viennent s'emparer d'un tel trésor. Je pense que là notre devoir d'élu est d'alerter les bonnes autorités pour le protéger. »

 

 

lundi, 28 décembre 2009

Réunion du Collectif

 

Les membres du Collectif sont conviés à une réunion exceptionnelle, le mercredi 13 janvier à 19 heures à la mairie du 14e (2, rue Saillard).

 

L'objet de cette réunion est d'étudier la demande d'autorisation de travaux, dans la carrière du chemin de Port-Mahon, que la Soferim a déposée à la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles). La Soferim veut édifier dans la carrière 16 piliers maçonnés et combler 3 zones.

 

mardi, 17 novembre 2009

Nouvelle demande d'autorisation de travaux dans la carrière

 

Après tous ses précédents échecs, après ses procès perdus face à notre Collectif, le promoteur change de stratégie en déposant, cette fois, une demande de... restauration.

 

A la lecture du descriptif des travaux, on est  surpris par les travaux envisagés sur le Monument Historique.

 

Imaginons que se descelle une pierre de la voûte de Notre-Dame et qu'on restaure en comblant de ciment toute la partie de la nef concernée, au lieu de tout simplement resceler la pierre à la voûte.

 

Le dossier est soutenu à la DRAC par Marc Viré que les lecteurs de Monts 14 connaissent bien (voir l'article de Monts 14 paru en 2004 à ce sujet).

 

Si le promoteur veut réellement restaurer, pourquoi ne restaure-t-il pas de manière normale ?

 

mercredi, 08 juillet 2009

Conseil de Paris

 

Hier, Marie-Claire Carrère-Gée a proposé un voeu au Conseil de Paris.

Elle y souhaitait que Bertrand Delanoë demande, au Ministre de la Culture, le classement au titre des Monuments Historiques de la Ferme de Montsouris.

L'UMP et les Verts ont voté à l'unanimité "pour" ce voeu. Le PS a voté à l'unanimité "contre". Le Voeu a été refusé, à une voix prêt.

 

Le PS a voté à la place un voeu qui demande au Ministre de la Culture de se prononcer sur les permis de démolir actuellement en instance.

 

MC Carrère-Gée.jpg

 

Le film de tout le débat peut se voir ici :

 http://www.dailymotion.com/video/x9t5gb_conseil-de-parisp...

 

Pour essayer d'éclairer le débat, rappelons que :

 

Le promoteur entretien une confusion entre la grange, qui est le bâtiment en fond de cour, et la ferme de Montsouris.

La ferme est en effet constituée :

  • de la grange,
  • de la cour de ferme,
  • de la maison des vachers et
  • de l'immeuble sur rue du n°26 qui est l'entrée de la ferme.

Cette grange est le seul bâtiment du site ayant reçu le label PVP (Protection Ville de Paris). La Maison des vachers est donc menacée de destruction totale par les permis de démolir.

 

Le Ministère de la Culture s'est déjà prononcé sur les demandes de permis de démolir, en donnant des avis favorables. Le PS demande donc par ce voeu que le Ministre se prononce à nouveau.

 

On ne peut pas dire que : « L'Architecte des Bâtiments de France a jugé que les autres bâtiments n'avaient pas d'intérêt patrimonial », car l'avis de l'ABF ne tient juridiquement compte que des monuments déjà classés.

 

Lorsqu'un site risque d'être détruit, l'Etat a la possibilité de le protéger, en le mettant en instance de classement. Cette instance s'applique immédiatement et a la même valeur qu'un classement (article L621-7 du Code du Patrimoine).

Comment peut-on être pour la « protection de la ferme », tout en ne demandant pas son classement Monuments Historiques ?

 

dimanche, 15 février 2009

La justice donne définitivement raison au Collectif

 

Le 4 février 2009, le Conseil d'Etat a refusé la demande de pourvoi du promoteur. Ce dernier demandait l'annulation du jugement du 18 octobre 2007.

 

L'intégralité de cette décision du Conseil d'Etat peut se lire en format PDF en cliquant ici.

 

IMG_3590recadrée.jpg

 

Ce pourvoi était le dernier espoir pour le promoteur d'obtenir une autorisation d'implanter des fondations dans le sous-sol classé Monument Historique et donc son dernier espoir de réaliser une opération immobilière.

 

Cette victoire clôt 6 années de procès.

 

mercredi, 13 juin 2007

Yves Cochet

Le député sortant de la 11e circonscription, Yves Cochet (Verts et PS), ancien ministre, se représente aux élections législatives du 17 juin prochain. Il vient aujourd'hui de répondre à nos questions, sur le dossier de la Ferme de Montsouris et de la carrière du chemin de Port-Mahon.

 

medium_YvesCochet.JPG

 

Quel est votre sentiment général sur ce dossier ?

 

D’abord je tiens à dire que c’est un dossier qui me tient à cœur et que je suis depuis le début de mon mandat en 2002. Le 26 rue de la Tombe Issoire est un site dont l'intérêt patrimonial et historique est incontestable. Ce site comprenant la carrière, l’aqueduc et la ferme est un exceptionnel lieu de mémoire, qui plus est, dans un bon état de conservation. La carrière est intacte, l’aqueduc également, la ferme est elle aussi restée quasiment dans son état d’origine. Sa préservation est un des enjeux majeurs de notre arrondissement.

 

Le Collectif plaide pour une protection au titre des Monuments Historiques ou pour une Protection Ville de Paris, de la dernière ferme de Paris (c’est-à-dire de la grange, de l’immeuble sur rue du 26 qui est l’entrée de cette ferme de ville, de la cours de ferme, du Pavillon Troubadour, de la Maison des Vachers et de l’aqueduc Gallo-Romain). Qu’en pensez-vous ?

 

Je plaide également pour que ce site soit placé sous la protection des Monuments Historiques. C’est ce qui a permis la sauvegarde de la carrière à une époque.
En effet, malgré le concours précieux de la Ville de Paris, la Ferme n’a été que partiellement protégée lors de l’adoption du Plan Local d’Urbanisme (PLU), puisque le 26, rue de la Tombe Issoire et la villa Saint Jacques, excepté le pavillon dit Troubadour, ne sont pas protégés.
En tant qu'élu je me suis durement opposé, et je continuerai à le faire, à la spéculation immobilière, dont les répercussions seront catastrophiques aussi bien sur le prix des logements, que sur le patrimoine. C'est le sens de mes différentes interventions, dont celle auprès du Ministre de la Culture et de la communication, Monsieur Donnedieu de Vabres, en mars 2007.
Cette pression foncière qui pèse sur ces bâtiments est réellement une menace à court terme et les mesures de protection de la Ville de Paris ne sont pas suffisantes. En effet, elles peuvent être remises en cause très facilement, le PLU pouvant être modifié sur un vote du Conseil de Paris. Depuis 5 ans, nous, les élus de gauche du 14e, la Ville de Paris et le Maire de Paris, Bertrand Delanoë, qui suit cette affaire personnellement, sommes solidaires du Collectif de Port-Mahon pour contrer les agissements de la Soferim, l'actuel propriétaire de ce site.
C’est une affaire complexe, il y a eu le changement de propriétaire, l’expulsion des occupants, plusieurs projets. Par ailleurs, celui de la Soferim a évolué, la volonté première était de construire des logements de standing, puis une résidence étudiante et pour finir une résidence pour personnes âgées…
La Ville a proposé à la Soferim d’acquérir la ferme pour enfin trouver une solution satisfaisante pour tous. Elle a même préempté. Mais à ce jour, la Soferim a toujours refusé. En tout état de cause si la Soferim se décide à vendre, c’est un projet qui concernera la prochaine mandature.
Notre vigilance doit donc rester intacte.

 

Le Collectif se bat pour une restauration de tous les bâtiments de la parcelle. Qu’en pensez-vous ?

 

Je suis à priori favorable à une restauration du site. A ce titre, la solution, partagée par un certain nombre d'élus, d'une collaboration entre le Collectif, la Ville de Paris et le Ministère de la Culture, si le site s’avérait réellement protégé, m'apparaît la meilleure. Il sera alors possible d’établir un cahier des charges de restauration, combinant les obligations d’une restauration et l’utilisation qui va être faite de ce lieu. J'imagine ce site ouvert au public et aux associations, dans le respect de la volonté initiale de l’Abbé Keller.

 

Voulez-vous ajouter quelque chose ?

 

La Ferme Montsouris est une lutte collective, emblématique des beaux projets d'urbanisme. Il est primordial de faire prévaloir l'intérêt général sur ce dossier.
Il a fallu vaincre quelques résistances mais les avancées obtenues sont de bon augure. Je tiens à féliciter le Collectif pour son travail remarquable de préservation de ce patrimoine unique à Paris.
Comme par le passé, vous pouvez comptez sur moi pour vous soutenir et suivre de près ce dossier.

 

Nous vous remercions.

 

mercredi, 06 juin 2007

Un patrimoine dans la presse

 

Plus de 400 articles et reportages ont eu pour sujet la Ferme de Montsouris ou la carrière du chemin de Port-Mahon !


Et cela continue...

 

medium_400_articles_pour_la_ferme.2.jpg