Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 02 avril 2013

Effondrement de carrière ou pseudo-effondrement de carrière ?

 

Vendredi soir à 21h, nous avons reçu les écritures de l'avocat du promoteur. Elles font état d'un effondrement de la carrière qui se serait produit en février ou mars dernier et dont la conséquence serait un trou en surface dans la cour.

Hervé Baptiste, ancien Architecte des Monuments Historiques, qui soutient le projet du promoteur, n'hésite pas à surenchérir dans ces écritures : "cet accident qui aurait pu causer un sinistre majeur dans le quartier, n'a pas eu à l'heure actuelle de conséquence grave, mais la zone sinistrée peut bien entendu s'amplifier ou se reproduire à côté sans plus de préavis".

A l'appui de ceci est présenté un constat d'huissier qui photographie ce trou en surface :

Trou huissier.jpg

Curieusement, l'expertise de l'IGC (Inspection Générale des Carrières) sur cet effondrement de carrière, qui est pourtant présenté comme menaçant les voisins, est absente du dossier. Bien entendu dans ce cas, c'est l'IGC, le service qui a en charge la stabilité des carrières, qui doit immédiatement être consultée. Là, le promoteur préfère demander à un huissier.

L'huissier raconte qu'il a été inspecter la carrière, le 20 mars, sous la direction du promoteur. Mais, curieusement là encore, il ne constate aucun fontis (effondrement de carrière), aucun éboulement récent pouvant expliquer cet affaissement. Bref, ce serait un affaissement qui vient de la carrière, mais qui étrangement ne se manifesterait pas dans la carrière. Mais alors où sont passées les terres qui ont disparu, formant ce trou ? Elle doivent nécessairement occuper un vide en carrière. Et là, on ne trouve rien.

Sur son site Interne (http://www.lesjardinsmontsouris.com/des-travaux-preventif...), le promoteur explique qu'il a dû intervenir en urgence pour traiter cet effondrement. Et à l'appui de ses dires, il publie une photo des travaux où l'on reconnait bien le même emplacement que celui qui avait été repéré par l'huissier. Toutefois, on ne voit aucune machine destinée à combler un fontis, mais seulement une petite grue. Pourquoi juste une grue ?

carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon,ferme de montsouris

Comme la loi l'y oblige, le promoteur affiche la nature de ses travaux sur le chantier. Et là, on a la surprise de lire, non pas une exploration d'un fontis de carrière et son comblement en urgence... mais un simple décomblement de puits.

carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon,ferme de montsouris

Et on peut constater, sur la planche de l'IGC (quasiment au centre de ce plan), qu'effectivement à cet emplacement se trouve l'ancien puits à eau de la Ferme de Ficherolles. Il y est bien identifié comme "puits à eau" et il est cerné de rouge, ce qui indique que son fût est maçonné (comme tous les puits parisiens d'ailleurs). On peut noter, d'ailleurs, que la maçonnerie qui l'isole est épaisse.

carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon,ferme de montsouris

On remarquera que sur la carte de l'IGC, document de référence en la matière, aucun fontis n'est signalé autour de ce puits (les fontis sont indiqués sur la carte par la simple lettre "f"). Rappelons qu'un fontis qui naîtrait brusquement dans une carrière, pour aussitôt traverser les différents bancs géologiques et déboucher à la surface, serait du jamais vu.

Voici une photo du chantier actuellement. On y retrouve la grue au même emplacement.

carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon,ferme de montsouris

On remarque que les palissades vertes de chantier ont été remisées à gauche et remplacées par un entourage en bois.

Les voisins qui ont vu sur le chantier jour après jour, nous ont confirmé qu'il n'y a jamais eu d'autres trous que celui-ci. La grue sert bien entendu aux ouvriers, à descendre dans le puits à eau pour le débourrer (creuser et déblayer). Au vu des remblais retirés qui sont entassés autour du trou, le puits doit être à présent débourré sur plusieurs mètres de profondeur.

Comment cela se fait-il que l'effondrement de carrière se soit complètement évaporé ? Aucune trace n'en est visible, aucun travaux ne le concerne...

Nous aimerions ajouter que ce puits à eau a été remblayé dans les années 1950, que son épaisse maçonnerie isole complètement les remblais qu'il contient, du reste du sol. Ces remblais sont donc complètement isolés de la carrière.

Il ne s'agit donc visiblement que d'un débourrage d'un puits à eau et cela n'a aucun rapport avec la carrière.

Et les voisins, et encore moins le quartier, ne sont aucunement menacés par le débourrage de cet ancien puits à eau...

mercredi, 27 mars 2013

Lorànt Deutsch dans Le Parisien

 

Aujourd'hui, dans Le Parisien, Lorànt Deutsch dénonce ce qui est en train de se faire au 26, rue de la Tombe-Issoire, avec l'assentiment du Ministère de la Culture.

 

Parisien mars 2013 b.JPG

 

Parisien mars 2013 a (3).JPG

 

Sur le terrain, le promoteur continue ses travaux...

Cliquer ici pour signer la pétition.

mardi, 26 mars 2013

20 minutes

 

Aujourd'hui, 20 minutes consacre un article aux derniers événements.

 

20 minutes.jpg

jeudi, 21 mars 2013

14eme ensemble

 

Un entretien avec Thomas Dufresne, président du Collectif, dans la revue 14eme ensemble :

 

ferme de montsouris,dernière ferme de paris,carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon

lundi, 11 mars 2013

Dépôt d'un référé

 

Ce jour, notre avocat, Maître Martin Tissier, a déposé un référé demandant la suspension de l'autorisation de travaux délivrée pendant la trêve des confiseurs.


Quant à la pétition, elle a recueilli, en moins d'une semaine, plus de 2 600 signatures (http://www.avaaz.org/fr/petition/PARIS_il_faut_sauver_les...).

dimanche, 24 février 2013

France Info, France Bleu et France Inter

 

Le 21 février, les journaux de France Bleu et de France Inter et le 23 février, celui de France Info ont diffusé des reportages sur la nouvelle autorisation de travaux octroyée au pormoteur par la Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti.

Le Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris s'y est exprimé dénonçant cet arrangement entre le Ministère de la Culture et le promoteur.

On ne sera pas surpris d'apprendre que ni le ministère, ni le promoteur n'ont voulu répondre aux questions des journalistes. Il va sans doute leur falloir encore un peu de temps, avec l'aide de leurs meilleurs spécialistes en communication, afin de trouver comment justifier, ce qui à notre avis est injustifiable.

Rappelons que depuis 2010, notre Collectif dit clairement qu'il est pour une restauration de ce site et qu'il est prêt à soutenir le propriétaire, la Soferim, dans cette démarche. Mais qu'hélas, on préfère délivrer des autorisations d'urbanisme qui n'ont en réalité qu'un seul but : réaliser une juteuse opération immobilière dans un monument historique.

mercredi, 20 février 2013

Le Parisien

 

Aujourd'hui, Le Parisien annonce la nouvelle autorisation de travaux délivrée au promoteur.

 

Parisien du 20 février 2013.jpg

mercredi, 09 janvier 2013

Le Parisien

 

Aujourd'hui Le parisien consacre un article sur les irréductibles qui défendent Paris.

 

ferme de montsouris,dernière ferme de paris,carrière de port mahon,carrière du chemin de port mahon,carrière rue de la tombe issoire,collectif de port mahon et de la ferme de montsouris,collectif de port mahon

 

On notera que parmi ces "irréductibles", il n'y a ni le Ministre de la Culture, ni le Maire de Paris. C'est bien dommage.

 

Parisien 9 janvier 2013.jpg

mercredi, 24 octobre 2012

Les promesses n'engagent que ceux qui y ont la naïveté d'y croire


Le Parisien d'aujourd'hui dénonce les méthodes de la Soferim.

soferim,la ruche,ferme de montsouris,dernière ferme de paris,ferme montsouris,ferme tombe issoire,carrière port mahon,carrière du chemin de port mahon,carrière classée monument historique,carrière médiévale,ferme paris 14



Au moins on est averti sur ce qui se passerait avec la Ferme de Montsouris et avec la carrière classée, car le promoteur est le même...

mercredi, 11 juillet 2012

Voeu au Conseil de Paris

 

Hier, au Conseil de Paris, la majorité municipale a proposé le voeu déjà voté lors du dernier Conseil d'arrondissement (voir la note précédente). Il a été adopté à l'unanimité.

René Dutrey a salué "ce revirement de la Mairie du 14e".

Marie-Claire Carrère-Gée a présenté un voeu quasiment identique, demandant toutefois en plus que ce site soit enfin efficacement protégé au PLU (Plan Local d'Urbanisme). Ce dernier voeu a été repoussé par la majorité.

Les échanges qui ont duré une dizaine de minutes peuvent se voir sur le site de l'Hôtel de Ville (à partir de 6 heures et 18 minutes) :

http://event.paris.fr/Datas4/conseil/61822_4ffb172f0c9ba/

mardi, 03 juillet 2012

Conseil d'arrondissement d'hier

 

Le voeu suivant a été voté à l'unanimité :

« le Conseil d'arrondissement émet le voeu que la Ville refuse les démolitions du 26, rue de la Tombe-Issoire et 15-17, villa Saint-Jacques, et engage les procédures et démarches nécessaires pour la préservation du site dans toutes ses composantes, en veillant à l'aménagement de la grange, de logements et d'équipements sociaux. »

mercredi, 27 juin 2012

Conseil d'arrondissement du lundi 2 juillet

 

Le dossier de la ferme et de la carrière va être débattu au prochain conseil d'arrondissement.

 

Les élus EELV, Modem, PCF et UMP y proposeront des voeux pour que ce site soit enfin préservé.

 

Ce conseil, très important pour nous, se tiendra à la Mairie du 14e (2, place Ferdinand Brunot, M° Mouton-Duvernet) le lundi 2 juillet.

Il commencera à 19h, mais le voeu sera bien sûr discuté plus tard dans la soirée.

mardi, 05 juin 2012

Assemblée générale

 

Le samedi 23 juin 2012

à 14 h 30

au dancing de La Coupole

(102, boulevard du Montparnasse, Paris 14e, M° Vavin)

(au sous-sol de l'établissement, entrée par la brasserie)

se tiendra

l'assemblée générale

du Collectif de Port-Mahon.

lundi, 28 mai 2012

Chronologie (suite)

 

- 04/02/09, le Conseil d'Etat confirme le jugement en appel du 18/10/07 qui était en notre faveur.

- 13/07/10, le Directeur général des patrimoines, Philippe Bélaval,  refuse une demande d'autorisation de travaux du promoteur.

- 27/04/11, la Mairie de Paris octroie 3 permis de démolir (PD07501406V0027, PD07501406V0028 et PD07501406V0029) au promoteur.

- 13/05/11, le Ministère de la Culture délivre au promoteur une autorisation de travaux sur la carrière souterraine.

- 13/07/11, le juge des référés nous donne raison en suspendant l'autorisation de travaux.

- D'octobre 2011 à février 2012, le promoteur démolit des bâtiments dont la Maison des Vachers.

- 03/02/12, la Commission du Vieux Paris demande la "conservation de l'immeuble situé au 26, rue de la Tombe-Issoire, précédemment exprimée en 1995, 1999 et 2004. D'autre part, elle souhaite que soit étudiée la présence éventuelle d'un aqueduc historique sur le site."

- 11/05/12, le Tribunal administratif annule, à notre demande, l'autorisation de travaux du 13/05/11.

 

 

dimanche, 27 mai 2012

Radio XP

 

Hier, pendant une heure, sur Radio XP, Jean-Paul Leroy qui fut président de la Coordination pour la sauvegarde de la carrière de Port-Mahon en 1992 et Thomas Dufresne, actuel président du Collectif de Port-Mahon et de la Ferme de Montsouris ont retracé les 20 années de combat pour préserver ce patrimoine unique à Paris.

Europe Ecologie les Verts dans la 11e circonscription

 

Célia Blauel et René Dutrey, candidats d'Europe Ecologie les Verts dans la 11e circonscription de Paris, organisent une soirée publique intitulée : "Sauver la ferme de la Tombe-Issoire et la carrière Port-Mahon".

 

collectif de port mahon,carrière de port mahon,carrières de port mahon,carrière du chemin de port mahon,ferme de la tombe issoire,ferme de montsouris,dernière ferme de paris

 

Le Collectif de Port-Mahon y présentera son combat.

Rendez-vous, le mercredi 30 mai, de 19h30 à 22h30, au Caprice Café (12, avenue Jean Moulin, M° Alésia).

jeudi, 24 mai 2012

Le Front de gauche dans la 11e circonscription de Paris

 

Ce soir, le Collectif a été invité à tenir un stand au meeting de Dominique Nogarès, candidate du Front de gauche dans la 11e circonscription de Paris.


Le Collectif a en effet décidé de soutenir tous les candidats aux élections législatives, de gauche comme de droite, qui sont pour la préservation et la restauration de tout le site, pour son aménagement dans l'intérêt général et pour le respect de la loi sur les monuments historiques.

Rendez-vous au gymnase Mouchotte (31, rue du Commandant Mouchotte 75014) à 19 h.

vendredi, 11 mai 2012

Le Collectif a gagné

 

Aujourd'hui, le jugement du Tribunal Administratif vient de tomber.

La Juge, Madame Merlin-Desmartis, a donné raison à notre Collectif.

L'autorisation de travaux délivrée par le Ministère de la Culture a été annulée.

C'est un désaveux pour l'ancien Ministre de la Culture.

La décision peut se télécharger sur le site du Tribunal : http://paris.tribunal-administratif.fr/media/document/TA_....

Quel dommage que la Mairie ait autorisé la démolition de plusieurs bâtiments en ce début d'année. Ces démolitions sont irréparables...

mercredi, 18 avril 2012

Télévision allemande

 

La semaine dernière, sur DW (Deutsche Welle), l'équivalent allemand de TV5, un reportage a été diffusé sur le combat pour la défense de ce site.

Il peut se voir sur YouTube à l'adresse :

http://www.youtube.com/watch?v=iOydmTOi0jI

Une fois le reportage tourné, les journalistes allemands nous ont expliqué qu'à leur grand étonnement, lorsqu'ils ont interrogé les habitants du 14e dans la rue, ils n'en ont trouvé aucun qui soit pour le projet du promoteur... Sans commentaire.

vendredi, 13 avril 2012

L'audience du tribunal


Hier, s'est tenue au Tribunal Administratif l'audience concernant l'autorisation de travaux qui a été délivrée en mai dernier au promoteur. Cette autorisation lui permet d'ériger des fondations modernes dans le Monument Historique souterrain, préalable à toute construction à la surface.


Le rapporteur public du tribunal a demandé à ce que cette autorisation soit annulée.


Dans quelques jours la Juge du tribunal, Madame Merlin-Desmartis, annoncera son jugement.