Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 janvier 2012

Radio allemande

 

Dimanche 15 janvier, la radio allemande Deutschlandfunk Cologne a parlé de notre combat.

Vous pouvez écouter cette émission sur http://www.dradio.de/dlf/sendungen/sonntagsspaziergang/16...

lundi, 09 janvier 2012

Démolitions

 

En attendant ses prochains permis de démolir, la Soferim a provisoirement arrêté ses travaux.

dimanche, 01 janvier 2012

Le Collectif grossit

 

Vous êtes de plus en plus nombreux à adhérer au Collectif.

Au mois de décembre nous avons battu un record de fréquentation de ce blog, avec 2 115 visiteurs uniques.

ferme de montsouris,ferme montsouris,carrière port mahon,carrière du chemin de port mahon,collectif de port mahon,collectif port mahon

Merci à tous de votre soutien.

jeudi, 08 décembre 2011

Les démolitions continuent

 

Aujourd'hui jeudi 8 décembre, la Soferim est en train de démolir le toit du N°28. La cour de ferme est devenue un vaste chantier où évoluent les engins de démolition.

Si les pouvoirs publics veulent réellement arrêter ces destructions, il est tant de le faire.

Cela est d'autant plus absurde que, rappelons-le, le promoteur n'arrive pas à obtenir de permis de construire. Nous nous orientons donc doucement, mais sûrement, vers une friche inconstructible en plein Paris...

mercredi, 07 décembre 2011

Nouvel article dans Le Parisien

 

Le 6 décembre, Le parisien a publié un nouvel article. On peut le lire sur le site du Parisien :

http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-75013/ferme-monts...

ferme montsouris,carrière port mahon

lundi, 05 décembre 2011

Manifestation du 4 décembre

 

Hier, malgré la pluie, nous nous sommes réunis devant la Ferme de Montsouris.

Les élus présents étaient : Célia Blauel (EELV), Paul Roussier (PCF) et René Dutrey (EELV). Etaient également là le partie de Gauche qui faisait signer la pétition. Marie-Claire Carrère-Gée (UMP) n'avait pu venir, mais elle nous a téléphoné pour nous dire qu'elle nous soutenait.

 

DSC_0959.JPG

 

De la fenêtre des voisins nous avons pu constater que la Soferim continuait les démolitions, notamment de la maison des vachers qui faisait partie de la ferme, mais également d'un mur mitoyen avec le 22 et ceci sans que les copropiétaires n'aient donner leur accord.

 

Ce soir, le dossier de la Ferme de Montsouris sera débattu au conseil d'arrondissement à la Mairie du 14e. L'audience est publique.

jeudi, 27 octobre 2011

La promoteur depuis lundi démoli plusieurs maisons

 

Le lundi 24 octobre, plusieurs voisins, ayant vue sur la cour de la ferme, nous ont alertés. Le promoteur avait commencé de gros travaux.

 

Comme on peut le lire sur le tout nouveau site Internet du promoteur (www.lesjardinsmontsouris.com), il s'agit de travaux de démolitions de plusieurs maisons. En effet, trois permis de démolir ont été octroyés par la Mairie de Paris le 27 avril dernier. Rappelons qu'à ce jour, aucun permis de construire n'a pu être délivré étant donné les contentieux que nous avons gagné au Tribunal administratif.

 

Avec ces démolitions, la Soferim affirme répondre à l'injonction de la Préfecture de Police du 26 juillet dernier. En oubliant de préciser que dans ce document, la Préfecture enjoignait en fait de "prendre, dans l'attente des travaux définitifs de démolition ou de réhabilitation des bâtiments, toutes mesures adaptées, pour assurer le maintient des structures des bâtiments inoccupés".

 

Parmi ces bâtiments qui sont aujourd'hui démolis, il y a la Maison des Vachers qui faisait partie de la Ferme de Montsouris, selon les témoignages des personnes âgées que nous avions interrogées pour la Société d'Histoire et d'Archéologie du 14e arrondissement, il y a de cela quelques années.

Bref, le promoteur détruit aujourd'hui, sans être sûr de pouvoir construire quoi que ce soit un jour à la place...

 

Lorsqu'il y a quelques mois, à l'Hôtel de Ville et à la Mairie du 14e, nous avions prédit ces destructions et ce problème d'inconstructibilité qui dure depuis les années 1990, on nous avait répondu laconiquement : "Le promoteur ne démolira pas tant qu'il n'aura pas obtenu ses autorisations de construire. Il n'est pas bête tout de même !"

lundi, 10 octobre 2011

Tribune du Groupe Communiste

 

Dans le journal 14info Mag n°15 de septembre 2011, Paul Roussier et le Groupe Communiste du 14e arrondissement ont publié une tribune sur la Ferme de Montsouris.

 

port mahon,ferme montsouris,patrimoine en danger,monuments historiques paris

lundi, 12 septembre 2011

Site Internet des Ecologistes

 

René Dutrey et Célia Blauel ont publié aujourd'hui un article, sur le site d'Europe écologie-Les Verts, présentant et soutenant notre combat.

 

Verts.jpg

 

Rappelons que depuis la constitution du Collectif, René Dutrey et Célia Blauel, élus du 14e arrondissement, n'ont cessé de nous soutenir.

mardi, 09 août 2011

RFI aujourd'hui

 

Ce matin, Clare Sharkey sur RFI a consacré un reportage, en langue anglaise, à la dernière ferme de Paris. Il peut s'écouter sur le site de RFI à l'adresse http://www.english.rfi.fr/visiting-france/20110808-last-f....

vendredi, 01 juillet 2011

1 300 visiteurs uniques le mois derniers

 

Au mois de juin, vous avez été 1 300 visiteurs uniques, à venir vous informer sur ce site Internet. Ceci sans compter les très nombreuses personnes qui nous ont contactées.

Bref, votre mobilisation ne faiblit pas.

 

Nous vous rappelons les prochaines dates :

Le jeudi 7 juillet à 11h le référé.

Le même jour à 19h30 projection du film à la gare expérimentale.

Mercredi 13 juillet à 19h, notre pique-nique annuel au parc Montsouris.

jeudi, 30 juin 2011

Quel est l'accord secret entre la Mairie et la Soferim sur ce dossier ?

 

Le 20 juin dernier, pendant le Conseil municipal à l'Hôtel de Ville, René Dutrey a posé une question restée sans réponse :

 

"Il y a apparement un accord entre la DRAC, la Ville et le promoteur. Quel est le contour et le contenu exact de cet accord ?"

 

Ni Danièle Pourtauld, adjointe au patrimoine, ni Pascal Cherki, maire du 14e, n'ont souhaité répondre à cette question.

lundi, 27 juin 2011

Paris n'est pas Blanquefort

 

La ville de Blanquefort, dans le Sud-Ouest, vient de racheter sa vacherie (ferme), afin de la préserver.

Une exploitation agricole va y être recréée pour accueillir les enfants et les écoles. Ce sera également un lieu culturel avec notamment des concerts.

Bref, nous sommes loin de Paris...

Pour en savoir plus sur Blanquefort : http://www.sudouest.fr/2011/06/22/une-ancienne-vacherie-q....

vendredi, 20 mai 2011

L'Humanité dimanche

 

Le numéro du 19 mai 2011 de l'Humanité dimanche consacre un dossier de deux pages à la dernière ferme de Paris.

 

ferme de montsouris,ferme montsouris,tombe issoire,rue tombe issoire,dernière ferme de paris,dernière ferme paris,collectif de port mahon,carrière de port mahon,paris 14

 

ferme de montsouris,ferme montsouris,tombe issoire,rue tombe issoire,dernière ferme de paris,dernière ferme paris,collectif de port mahon,carrière de port mahon,paris 14

vendredi, 18 mars 2011

La Ferme de Montsouris sur Arte

 

Le 9 mars dernier, l'émission Global Mag a diffusé un reportage  consacré à "la dernière ferme parisienne" : la Ferme de Montsouris.

 

 

ferme montsouris,ferme de montsouris,ferme tombe issoire,collectif de port mahon,tombe issoire

 

http://global.arte.tv/fr/2011/03/09/sommaire-du-mercredi-...

 

mercredi, 02 février 2011

La projection du documentaire à La Coupole

 

La conférence de dimanche, avec la projection du film : La Dernière ferme de Paris, a été un succès, puique 125 personnes sont venues y assister. Le dancing de La Coupole, pourtant vaste, était comble.

 

Cette affluence montre l'intérêt des Parisiens pour la préservation de ce site.  Beaucoup de questions ont été posées. Une chanteuse a ponctué la conférence de musiques des 18e et 19e siècles.

 

Deux hommes politiques étaient présents, Paul Roussier du Parti communiste et Jean-Paul Millet du Parti socialiste. Ce dernier, adjoint à l'urbanisme à la Mairie du 14e, a tenu à intervenir pour dire qu'à son avis le terrain était constructible. La salle l'a hué et il a quitté aussitôt la réunion.

 

Quant à nous, nous pensons que du fait du classement de tout le sol, le terrain est de fait inconstructible. Rappelons que le Conseil d'Etat, par deux fois, a confirmé cela. S'il était possible de construire quoi que ce soit sur ce terrain, depuis plus de 20 ans que deux promoteurs s'y acharnent, ils auraient sans doute édifié quelque chose.

 

Il est temps que certains responsables cessent de donner de faux espoirs au promoteur. Heureusement, il y a aujourd'hui une grande majorité de responsables  politiques  clairement pour la sauvegarde et la restauration de tout le site (26-30, rue de la Tombe-Issoire et 15-17, villa Saint-jacques). Il reste à convaincre les quelques derniers alliés politiques du promoteur...

 

dimanche, 02 janvier 2011

Conférence et projection d'un film exclusif - Dimanche 30 janvier

 

Un événement à ne pas manquer :

 

Sans titre-1 copier.jpg

Cliquez ici pour télécharger cette affiche.

 

mardi, 28 décembre 2010

Villages14 du mois de décembre

 

Le journal "Villages 14" parle de notre Collectif en publiant un entretien.

 

Villages1.jpg

En voici le texte complet :

 

A 150 mètres à peine de la station de métro Saint-Jacques, plus précisément au 26 rue de la Tombe-Issoire, se trouve la ferme de Montsouris, la dernière des fermes de Paris. Jusqu’en 1940, les Parisiens pouvaient venir y chercher leur lait frais. Rachetée par l’Abbé Keller, elle a été un terrain de jeu des scouts et le siège d’activités paroissiales, et cela jusqu’à sa mort en 1986. Depuis cette date, la ferme, bâtie sur une carrière datant du Moyen-Age classée Monument historique, est l’enjeu d’une lutte acharnée entre des promoteurs immobiliers et les associations qui veulent préserver ce site unique dans la capitale. Celles-ci se sont regroupées au sein du Collectif de Port-Mahon et de la ferme de Montsouris, présidé par Thomas Dufresne.

En tant que président du Collectif, vous êtes très investi dans le combat pour la sauvegarde de la ferme de Montsouris. Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à cette question ?
T. D. : Je suis né en 1958 dans une famille d’artistes qui vit depuis trois générations dans le 14e. Je me suis toujours intéressé à l’histoire de cet arrondissement et à son patrimoine si riche. Artiste peintre, j’organise aussi
des visites dans Paris pour montrer les aspects secrets, le côté original et insolite de la capitale. Lorsque j’appartenais à la Société d’Histoire et d’Archéologie du 14e, nous nous sommes battus aux côtés de Georges Viaud
sur de nombreux dossiers, comme l’ancien cabaret de Moquesouris ou la maison de Chateaubriand. Le Collectif est la réunion de plusieurs associations (dont la Société d’Histoire et d’Archéologie du 14e, l’OCRA, Monts 14, Paris Historique) qui se battent depuis les années 90. Ce collectif se sent très soutenu et encouragé par une écrasante majorité d’habitants du 14e.

Comment a débuté l’engagement du Collectif en faveur de la ferme de Montsouris ?
T. D. : Cette affaire dure depuis un quart de siècle et, pendant tout ce temps, le lieu se dégrade et menace de tomber en ruine. Tout a commencé à la mort de l’Abbé Keller : il était propriétaire du site depuis que, grâce à
une souscription publique, il avait acheté une grande partie de la rue Saint-Yves ainsi que la ferme. Il y avait installé les activités de la paroisse et les scouts. A sa mort en 1986, le lieu a malheureusement été acheté par un premier promoteur. Huit ans après, en 1994, les associations ont obtenu du ministère de la Culture un classement aux Monuments Historiques de l’ensemble du sol, du sous-sol et des tréfonds. Il faut dire que la ferme de Montsouris, dernière ferme des 500 qui existaient dans Paris, est bâtie sur la carrière du Chemin de Port-Mahon. Cela a abouti à l’annulation de la vente, le terrain étant devenu inconstructible. Mais en 2003, un second promoteur a acquis cette parcelle de 2 700 m² pour un prix assez bas, et a déposé un nombre incalculable de demandes de permis de construire et d’autorisations de travaux. Toutes ont été rejetées. Une nouvelle tentative,
en juillet 2010, a également échoué. Le promoteur avait, cette fois, présenté son projet sous l’intitulé "restauration de la carrière" : il s’agissait, en fait, d’y injecter du béton ! Ce nouveau projet a également été rejeté, avec un refus motivé par la direction du Patrimoine.

 

Villages2.jpg



Si, du point de vue juridique, tout paraît limpide, sur le plan politique, il semble régner une certaine confusion?
T. D. : C’est vrai, car il y a autant de personnes à droite qu’à gauche qui sont favorables à la préservation du site, et autant à droite qu’à gauche favorables à l’opération immobilière. Ce contexte politique flou a permis au promoteur de ne jamais se décourager, alors qu’il suffirait qu’un responsable politique lui dise : "Non, Monsieur, c’est classé". Marie-Claire Carrère-Gée soutient notre combat depuis le début et elle nous a considérablement aidés. En 2009, elle a proposé un voeu au Conseil de Paris pour que Bertrand Delanoë demande au ministre de la Culture le classement de la ferme de Montsouris au titre des Monuments Historiques.
Alors que l’UMP et les Verts ont voté pour ce voeu à l’unanimité, le PS s’est exprimé contre à l’unanimité. Conscient de son intérêt patrimonial unique, le précédent maire, Pierre Castagnou, était pour la préservation du site et l’avait inscrit dans son programme municipal. Il avait même fait inscrire l’achat de tout le site au Plan d’investissements pluri-annuel de la Ville de Paris et était favorable à sa restauration. Par contre, on attend toujours de connaître la position officielle de l’actuel maire du 14e, alors qu’il a été élu sur la même liste. Le promoteur profite de cette situation pour jouer la montre et le pourrissement, alors qu’il suffirait que les lois soient respectées. Pour mettre fin à cette "prise d’otages" et stopper la dégradation du site, nous pensons qu’il y a deux pistes possibles : la restauration de la ferme, ou l’expropriation dans l’intérêt de la ville. Il est temps de dire stop.

Quels sont les autres combats urbanistiques à mener dans l’arrondissement ?
T. D. : Le 14e a été très préservé grâce à l’action de l’ancien maire Gilbert Perroy, fondateur de la Société Historique et Archéologique. Un des charmes de l’arrondissement, ce sont les maisons de faubourg, qui donnent au 14e arrondissement ce parfum de campagne unique. Mais ce sont, hélas, ces maisons qui sont les plus menacées et les plus détruites car elles n’ont en général qu’un seul étage. Elles ne sont pas classées, et quasiment jamais préservées au Plan local d’urbanisme. C’est pourtant le tissu du 14e arrondissement. Sur ce sujet, comme sur celui de la ferme de Montsouris, nous attendons des politiques qu’ils prennent leurs responsabilités. Il suffit de faire appliquer la loi !

 

Villages3.jpg

 

lundi, 11 octobre 2010

Le Point

 

Ce 7 octobre, Le Point a publié un grand article de 2 pages sur la Ferme de Montsouris. Il résume bien le dossier.

 


Article Le Point 2010 Port Mahon.JPG
Article Le Point 2010 Port Maho1.JPG

Article dans Monts 14

 

Ce mois d'octobre, dans le journal Monts 14 :

 

Monts 142.jpg

Monts 141.jpg